Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 janvier 2013 7 20 /01 /janvier /2013 12:07

   Vendredi 21 décembre, la classe de 1SI accompagnée des enseignants de spécialité, Mme Delonca et MM. Cobo et Rousset, s'est rendue au FRAC (Fonds régional d'Art Contemporain, situé place Museux à Reims) pour une visite guidée de l'exposition consacrée à l'artiste d'origine bulgare Plamen Dejanoff. Compte-rendu de la visite ci-dessous.

Dejanoff-Le-pavillon-de-bronze.jpeg

 

PRESENTATION DE L’EXPOSITION

    Plamen Dejanoff (né en 1970 à Sofia, Bulgarie ; vit et travaille à Vienne) explore les liens entre art et économie, développant un travail à mi-chemin entre les stratégies capitalistes d’un monde globalisé et une critique ironique et désenchantée du monde de l’art, et questionne le rôle de l’artiste dans nos sociétés contemporaines. Dejanoff4
The Bronze House
est à ce jour le projet le plus ambitieux développé par Plamen Dejanoff. Il a débuté en 2006 avec la présentation de Planets of Comparison, pensé pour la ville de Veliko Tarnovo, charmante cité médiévale qui conserve encore aujourd’hui les traces de son glorieux passé de capitale du Second Empire Bulgare. L’artiste y avait alors acquis sept maisons dans le centre historique dans l’intention de les transformer avec l’aide d’architectes en lieux d’exposition qui auraient accueilli les branches bulgares de prestigieux musées internationaux. L’intention originelle a depuis évolué en fonction des réalités économiques et/ou administratives, mais aussi conceptuelles, pour devenir un projet encore plus ambitieux et complexe dont l’artiste est à la fois le manager, le curateur, l’architecte, le designer, le collectionneur, etc. Aujourd’hui, les parcelles de terrain doivent ainsi permettre d’accueillir différentes infrastructures, toute réalisées en bronze : une bibliothèque, un cinéma, un théâtre, un lieu d’exposition et des ateliers.

    The Bronze House est la première de ces installations architecturales, véritable sculpture habitable qui prend la forme d’une villa colossale de plus de 600 m2. Une fois la construction terminée, ces « maisons-sculptures » seront composées de différents modules en bronze réalisés selon des principes d’ingénierie extrêmement pointus, même si la fabrication sera entièrement artisanale. Seront ainsi produits la façade, le sol, les portes, les murs et les escaliers, tout comme l’ensemble des éléments permettant d’assembler ces différentes parties. La progression de la construction de cette maison est le thème central de cette exposition, qui a déjà fait étape au MUMOK Musée d’Art Moderne et au MAK Musée autrichien d’arts appliqués de Vienne (Autriche), à la Kunstverein d’Hambourg (Allemagne) et au MAMbo Musée d’Art Moderne de Bologne (Italie). Afin de financer ce projet, Plamen Dejanoff a par ailleurs créé une fondation, qu’il promeut par le biais d’une stratégie marketing très poussée. Le succès de cette aventure dépend aujourd’hui de tout un réseau international de partenaires (artistes, directeurs de musées, collectionneurs, entrepreneurs, galeristes, etc).

dejanoff3.jpeg

   Le choix d’un matériau tel que le bronze, médium classique dans l’art mais peu conventionnel en architecture, représente un défi à la fois en termes de construction, mais également de fabrication, chaque élément constituant une véritable œuvre d’art, similaire aux autres qu’en apparence. La technique d’assemblage des éléments rappelle par ailleurs les motifs décoratifs qui ornent les maisons en bois de cette région de Bulgarie, expression d’une architecture vernaculaire organique décrite par Le Corbusier dans son livre Le Voyage d’Orient. La répétition et la progression verticale de ces éléments a priori identiques s’inspirent également de la célèbre Colonne sans fin créée par Constantin Brancusi en 1938 et installée dans un parc de la ville roumaine de Targu Jiu. Cette sculpture – une structure en fonte de près de 30 m de haut – se caractérise par son absence de centre, de début ou de fin, et reprend la forme des piliers en bois qui supportent les maisons roumaines traditionnelles, symbolisant l’infini. Une autre référence importante pour Plamen Dejanoff est la Chinati Foundation créée par Donald Judd dans les années 1970 à Marfa, au Texas. L’artiste américain a fondé là-bas une communauté artistique, afin de permettre la création d’œuvres habituellement impossibles à produire dans des lieux d’exposition classiques. Avec ce projet, Plamen Dejanoff semble vouloir suivre la même voie, ayant pour but la création d’une véritable communauté artistique à Veliko Tarnovo. Bien que très importante sur le plan historique (elle est notamment inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco), la ville n’est pas très grande, et son architecture a peu évolué depuis le jour où Le Corbusier y a réalisé ses dessins, vers 1911. Plamen Dejanoff a imaginé une stratégie très sophistiquée de gestion des marques associées à son travail qui ne manque pas d’ironie, afin d’en faire l’une des destinations les plus attractives de Bulgarie, sous le slogan « Où le futur rencontre le passé ».

    L’exposition présentée au FRAC Champagne-Ardenne met l’accent sur la genèse du projet pensé pour la ville de Veliko Tarnovo et présente ses développements les plus récents. Elle regroupe de nombreuses maquettes et prototypes, mais également des esquisses, dessins et autres collages qui illustrent l’immensité du travail préliminaire à la construction, ainsi que des installations, à la lisière entre art conceptuel et « Hyper-Pop Art ». Des dessins originaux de Le Corbusier, prêtés par la fondation du même nom, viennent compléter cet ensemble.

dejanoff5.jpeg

LA VISITE
   La classe de 1SI a d’abord découvert le travail de Plamen Dejanoff et l’exposition en Enseignement technologique, en LV1 par un travail de compréhension écrite puis expression orale : ils doivent d’ailleurs, en anglais, au retour des vacances, donner leurs impressions sur l’exposition. Après quelques déboires de transport en commun à cause d’une grève, les élèves ont pu découvrir l’exposition : dans l’ensemble ils ont trouvé que l’exposition et le travail de Plamen Dejanoff ne manquent pas d’intérêt, même si le côté « art moderne » les a laissé dubitatifs. Ils sont curieux de voir la première construction prévue d’ici deux ans.

   À la manière d’un concours, chaque élève présentera à la classe un projet succinct inspiré de « The Bronze House » sur le thème de la modularité dans la construction.

dejanoff6.jpeg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de la Vie Culturelle au Lycée Arago
  • : Toutes les informations sur la vie culturelle au Lycée Arago, Reims. Théâtre, cinéma, sorties, activités culturelles, créations...
  • Contact
  • Profil

    • Aramis
    • Référent Culture du Lycée Arago, Reims
    • Référent Culture du Lycée Arago, Reims

    Mode d'emploi

        Destiné aux parents, à toute la communauté éducative, à tous ceux qui souhaitent mieux connaître le lycée, ce blog se veut d'abord informatif, simple d'utilisation.

       Les derniers articles sont en premier. Si vous cherchez une activité particulière, regardez le module "Catégories", ci-dessous : cliquez sur celle qui vous intéresse et vous aurez tous les articles de la catégorie. Vous pouvez aussi laisser un commentaire ou utiliser le formulaire de contact. Bonne visite !

    Recherche

  • Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -